Causette – Des Chroniques ✍️

causette

Depuis le printemps 2018, j’écris plusieurs chroniques littéraires chaque mois dans le Magazine Causette ainsi que des articles, portraits, entretiens, reportages sur des sujets de société très variés. L’été 2018, j’y ai aussi publié ma toute première fiction.

Voici une liste quasi-exhaustive d’articles publiés les dernières années. Certains liens permettent de lire l’article en entier et d’autres non mais les magazines sont toujours disponibles sur le site.

☀Causette – Octobre 2020

laureadlerEn ce mois d’octobre, dans Causette : excellent dossier de couv à ne pas louper sur le bonheur d’être vieille, de « flétrir en paix » et de « mûrir de plaisir » … avec entre autres la grande Laure Adler qui, sur les pas de Simone de Beauvoir, nous encourage à considérer le « décompte » comme « du plus! ».

Je vous donne rendez vous en pages « Livres » avec deux romans dont je bassine les oreilles à tout le monde en ce moment : « Rassemblez-vous en mon nom » de Maya Angelou, écrit dans les années 40 et exhumé grâce au formidable boulot de la collection Notabilia. Et « Baleze » de Kiese Laymon (merci Les Escales !), une pépite d’une sensibilité extrême sur la situation des afro-américains aux Etats-Unis, sur le rapport d’un fils à sa mère, sur l’écriture, la langue et tout ce qu’elles réservent comme surprises dans la vie… un récit qui m’a émue aux larmes. Bonne lecture à tous !

☀Causette – Septembre 2020

causetteseptembreLe numéro de rentrée de Causette offre un dossier de couv gigantesque et magnifique… aux livres !! Plus particulièrement aux autrices qui « dynamitent la rentrée » 🧨et qu’on a triées sur le volet avec l’ami Hubert Artus et la cheffe Sarah Gandillot. J’ai nommé entre autres Louise Browayes à qui je consacre un grand portrait vu que c’est mon coup de coeur perso, Faïza Guene, Alice Ferney, Fatima Daas, Lola Lafon, Alice Zeniter, An Yu, Brit Bennett, Bernardine Evaristo et bien sûr, en tête d’affiche des dynamiteuses : Chloé Delaume.

☀Causette – Juillet 2020

causette-113-couv-web-360x480 Voici le flamboyant Causette de juillet ☀️! Au programme entre autres dossiers passionnants, un reportage de couv sur un sujet passé à la trappe et tombé du camion : les routières, ces femmes invisibles parmi les invisibles qui se sont battues pour ravitailler la France pendant le confinement, un excellent reportage signé Aurelia Blanc. Un entretien avec un chercheur spécialiste des ovnis qui fait état des découvertes parfois loufoques parfois très sérieuses mais toujours silencieuses dans ce domaine. Ne pas louper aussi : la nouvelle inédite signée Colombe Schneck pour Causette dans laquelle elle revient sur les coulisses de son dernier roman « Nuits d’été à Brooklyn » sur l’histoire d’amour entre une juive et un afro-américain en pleine période d’émeutes opposant leurs deux communautés.

Je vous donne rendez-vous pour ma part en pages « Livres » avec mes conseils pour l’été : d’abord et avant tout les deux nouveaux albums de l’inépuisable Fabcaro chez Delcourt et Dupuis (mais quel génie je ne le dirai jamais assez). Et trois jeunes autrices scotchantes de style, de modernité et de drôlerie : « Dans la joie et la bonne humeur », bijou d’humour noir par l’Irlandaise Nicole Flattery à l’Olivier;  « Pacemaker », ou les 24 heures dans la vie d’une femme au flow incroyable de Frédérique Cosnier aux éditions du Rouergue et « Le chant du poulet », comédie déjantée de la jeune Lucie Rico chez POL . Autant de trouvailles qui m’ont fait vibrer et que je partage avec vous, vous m’en direz des nouvelles !

Causette – Mai 2020

Sans titreCausette a tenu bon, elle en a vu d’autres ! Le numéro de mai est bien sorti, pas en kiosque mais en numérique (comme l’amour virtuel, sans les mains !).
Au programme de ce numéro : 👉Quelques perles de champions complotistes à travers le monde pour expliquer le Covid par la journaliste Aurélia Blanc, 👉une passionnante enquête par Alizée Vincent qui raconte l’histoire d’une idée : celle d’un « monde sans ville » et du bonheur des campagnes retrouvées, 👉Le récit des rêves de Causettien.ne.s confiné.e.s 👉et aussi une interview par Anna Cuxac de l’artiste performer expert de l’enfermement volontaire Abraham Poncheval, approché par le gouvernement pour devenir le ministre du confinement 🤭 !!

👉Pour ma part, je vous conseille en page « pépite » les facétieuses et délicieuses « Fables de la Fontanel » signées Sophie Fontanel et je l’interroge à distance sur son coup de cœur pour un livre inconnu. 

Bravo à l’équipe
pour ce numéro qui rappelle que « rire jaune » est la politesse du désespoir et vive Causette !

Causette – Avril 2020

causetteavril2020Dans le Causette d’avril, je rencontre la passionnante chercheuse taïwanaise Yu-pei Kang qui a consacré sa thèse à de grandes « confinées » de l’histoire, les asiatiques aux pieds bandés qui se torturaient depuis l’enfance pour trouver chaussure à leur pied (un mari à qui elles pouvaient ainsi assurer qu’elles garderaient bien le foyer) ! Cette chercheuse a étudié le fétichisme du petit pied qui continue, selon elle, de hanter nos civilisations notamment à travers les contes de fées comme « Cendrillon ». Le début de l’entretien est accessible ici. 

Dans ce numéro, on trouve aussi un article d’Isabelle Motrot pour conseiller le premier livre de Causette « Ceci est mon corps » (Rageot / Causette) auquel j’ai le plaisir de participer avec ma courte fiction sur l’intestin, « ce fouillis long de plus de 7 mètres qui frémit au moindre stress » comme dit Isabelle.

Les trois romans que je conseille ce mois ci mais alors foncez les trois sont des claques !! D’abord « L’effet maternel » de Virginie Linhart (Flammarion), l’histoire d’une femme fascinante et écrasante, militante féministe des années 70 racontée par sa fille et surtout le long chemin pour s’en libérer; « Juvenia » de Nathalie Azoulai (Stock), romancière dont j’aimais déjà la plume mais dont je ne soupçonnais pas l’humour ! Elle imagine ici un monde dans lequel on interdirait du jour au lendemain aux hommes de coucher avec des femmes de plus de 20 ans leur cadette. Ce nouvel ordre des choses entraîne une guerre des sexes su fiévreuse et intense qu’on aurait presque envie de la vivre juste pour voir 🤭; Le nouveau roman de Camille Laurens « Fille » (Gallimard) dans lequel la romancière raconte les générations de femmes dans lesquelles elle s’inscrit et se demande ce qui a fait d’elle une « fille ».

Et enfin coup de projecteur très spécial sur un essai important : « Naître et s’engager au monde » de Frederic Spinhirny (Payot) directeur adjoint à l’hopital Necker et philosophe, une réflexion inédite sur la naissance comme grand impensé de l’histoire philosophique. Un essai qui me paraît essentiel pour exercer notre liberté !

CouvmarsCausette – Mars 2020

Au programme du Causette de mars, après un excellent dossier de couv sur la revanche des vieilles filles et la nouvelle mode du célibat et une magnifique auto-pub pour notre livre « Ceci est mon corps », co-édité par Causette et Rageot le 4 mars et auquel j’ai eu le plaisir de participer, mes coups de cœur « livres » vont au nouveau Leila Slimani « Le pays des autres » (Gallimard) qui est un vrai conte oriental inspiré de son enfance, un bonbon 🍭 et à une romancière que je ne connaissais pas Valérie Clo et qui s’est mise dans la tête d’une certaine Mathilde, « vieille shnock » de 84 ans qui a tout à nous apprendre sur comment se poiler sur cette terre jusqu’au bout du bout ! Son livre s’appelle « Une vie et des poussières » (Buchet Chastel).

Dans la rubrique « Pépite » du mois, j’ai invité l’étonnant Martin Winckler, médecin Youtubeur qui a pondu une somme encyclopédique et hyper accessible sur le corps féminin, ses joies et ses tracas « C’est mon corps » (L’Iconoclaste) (à ne pas confondre avec « Ceci est mon corps » !)

Causette No. 108 - Février 2020Causette – Février 2020

Dans le Causette de février, j’ai consacré deux pleines pages aux meilleurs livres du mois : les leçons inaugurales d’Alain Mabanckou sur la littérature africaine et surtout surtout, mon coup de cœur de ce début d’année : un petit chef d’œuvre qui s’appelle « La deuxième femme » de Louise Mey à qui je souhaite prix, amour, gloire, succès…

Causette No. 107 - Janvier 2020Causette – Janvier 2020

Pour la rentrée 2020, je conseille trois coups de cœur littéraires : d’abord l’imprévisible et renversante Constance Debré que je ne lâche plus depuis son premier roman qui m’a clouée sur place et dont je vous avais bassiné les oreilles. Elle signe cette fois « Love me tender », l’acte 2 de sa quête radicale d’identité, entre Saint Augustin et Sex Pistol. L’effarante Aurelie Jeannin avec son premier roman « Préférer l’hiver ». Et la touchante Blandine de Caunes qui signe la toute première bio de l’icône féministe Benoîte Groult, sa mère. Quelques photos sur mon compte Instagram par ici. 

J’ai aussi convié le rêveur impénitent Daniel Pennac dans la rubrique « Pépite » à l’occasion de la sortie de « La loi du rêveur » (Gallimard), un petit régal de lecture et de rencontre. L’article est disponible ici. 

hors-serie-11.jpgCausette – Hors-Série « Les 20 femmes qui feront 2020 ! » – Hiver 2019

Le hors-série de décembre 2019 consacré aux 20 femmes qui feront l’année 2020 est magnifique et j’y signe trois portraits et reportages qui feront à coup sûr partie du top 10 de mes rencontres journalistiques les plus marquantes.

A commencer par le portrait de la seule femme astronaute active en Europe aujourd’hui, l’italienne Samantha Cristoforetti que je suis allée rencontrer à l’agence spatiale européenne de Cologne.

Le récit de mon reportage gastronomico-paradis avec la talentueuse photographe Maïté Baldi à Vailhan, près de Montpellier au restaurant Aponem chez la cheffe étoilée Amelie Darvas et sa compagne, la sommelière Gaby Benicio.

Et l’inoubliable interview d’Ève Ensler, connue pour ses « Monologues du vagin », qui signe en janvier chez Denoël un livre bouleversant, « Pardon », la lettre d’excuse que son bourreau de père ne lui a jamais écrite. Quelques photos de ce numéro de merveilles par ici. 

numero-105Causette – Novembre 2019

Au programme du Causette de Novembre, après un édito puissant et émouvant qui rappelle la grande marche nationale du mois le 23 novembre et un excellent dossier sur la désobéissance civile hyper fourni (historique et actuel), je chronique quatre coups de cœur littéraires : « Sisyphe est une femme, la marche du cavalier » superbe réflexion a laquelle je repense sans arrêt sur les femmes qui écrivent mais surtout sur les femmes qui ont un « destin » par Geneviève Brisac. « L’insoumis. L’Amérique de Mohamed Ali », biographie / enquête sur le boxeur à la croisée de l’humain et du sacré par la passionnée et passionnante Judith Perrignon. « L’avenir de la planète commence dans notre assiette » de Jonathan Safran Foer, génial passage aux aveux de cet écrivain qui, après avoir convaincu des milliers de gens de devenir végétariens, admet qu’il lui restait en fait une longue route à faire avant d’arrêter de manger des burgers et de vraiment « réagir ».

Et j’ai invité Lola Lafon en page « Pépite » pour la parution poche de son roman que j’avais adoré a sa sortie « Mercy, Mary, Patty », l’histoire vraie de Patricia Hearst racontée avec toutes les nuances et la musicalité possibles par cette romancière et musicienne. La pépite de Lola Lafon est ici. Et les autres chroniques en photos sur Insta. 

06mEIV3lCausette – Octobre 2019

Ma troisième participation – et pas des moindre – à cette superbe rubrique que je ne cesserai de vanter, « A l’aise, thèse », qui donne la parole à ce merveilleux monde souvent oublié des chercheurs en sciences humaines. J’y rencontre une chercheuse fascinante et très drôle, Caroline Muller qui m’a fait découvrir les archives de la direction de conscience et les préoccupations des jeunes filles du XIXe siècle sur leur intimité et leur sexualité… c’est savoureux, rempli d’anecdotes voire de ragots sur l’époque !! Son livre « Au plus près des âmes et des corps » (PUF) se lit comme un roman ce qui est quand même très rare et remarquable pour une thèse. Le début de cet entretien que j’aime beaucoup (vous aurez compris) est ici. 

Rendez-vous aussi en page « livres » pour mes conseils du mois 📚un roman que je conseille à tout le monde et auquel je repense beaucoup : « Adieu fantôme » de Nadia Terranova, sur une femme qui cherche à dire enfin adieu à son père… est-ce seulement possible ? La vie de Nathalie Sarraute racontée par la chercheuse Ann Jefferson qui l’a connue, lue et comprise… et qui n’oublie pas à quel point Sarraute se méfiait des bio. Et « L’affaire Nobel » d’Olivier Truc, récit journalistique écrit comme un polar sur un scandale #MeToo sous les pieds vernis de l’Académie suédoise. Quelques photos de ces pages du numéro sur mon Insta. 

Causette-N°103-Septembre-2019Causette – Septembre 2019

J’ai eu le plaisir de participer au dossier spécial rentrée littéraire « plus féministe que jamais » en featuring avec l’ami Hubert Artus. On a sélectionné, parmi les livres de plus en plus nombreux qui  se revendiquent féministes, et c’est tant mieux, depuis #metoo , les plus enthousiasmants. Mes conseils : « Rien n’est noir », bio violente et exaltante de Frida Kahlo par Claire Berest (Stock), « Le livre des reines » de Joumana Haddad, roman bouleversant par une grande voix du féminisme libanais (Jacqueline Chambon), « Virginia » biographie hypnotique de Virginia Woolf par la décidément très talentueuse Emmanuelle Favier (Albin Michel), « La fuite en héritage » fable irlandaise par Paula McGrath (La Table Ronde) et « L’incivilité des fantômes », conte afro-futuriste sous tension de Rivers Solomon (Forges du Vulcain). À dévorer pour bien rentrer ☀️📚. Quelques photos du numéro sur mon compte Instagram. 

100_couvertureCausette – Mai 2019

C’est ma deuxième participation à la rubrique que j’aime beaucoup « A l’aise, thèse ». J’y ai rencontré un ancien consultant en ressources humaines, Florent Bonnel, devenu chercheur pour retourner les grands principes du « happiness management » : toboggans dans l’open-space, « chargés de bonheur” qui imposent la banane tous les matins : un smiley et hop, tout va bien ! Il observait de l’intérieur les dégâts de ces politiques avant tout destinées à la comm’ et a décidé de rédiger une thèse pour comprendre scientifiquement ce qu’on appelait “bien-être” au travail et où se situait l’erreur de calcul ! Nécessaire remise au point. Le début de l’entretien est dispo ici. 

Je conseille aussi des livres en pages « Culture intensive » dont ces deux-là qui m’ont littéralement électrisée : « La vie de merde de mon père, la vie de merde de ma mère et ma jeunesse de merde », récit autobiographique tendance Hitchcock du journaliste allemand Andreas Altmann; « A jeter sans ouvrir » de Viv Albertine, deuxième volet des mémoires de cette guitariste poétesse incandescente qui ne parle que quand elle a un truc à dire et ne passe jamais son tour. Les photos Insta du numéro sont par là. 

99_couvertureCausette – Avril 2019

Pour ce magnifique numéro d’avril dont le dossier principal sur la jeunesse qui guide le peuple m’a littéralement scotchée, j’ai convié Jean-Christophe Rufin dans la rubrique « Pépite » pour son roman d’amour fort bien construit et souriant « Les sept mariages d’Edgar et Ludmilla » (Gallimard). Plus de détails sur l’ensemble du numéro par ici. 

5c7d630cc72c5Causette – Mars 2019

Le numéro de mars 2019 marque les 10 ans tout rond de Causette et une nouvelle formule ! Pour ce numéro, j’ai déniché quelques trouvailles : énorme coup de cœur pour l’auteur italien Emilio Sciarrino qui touche tellement juste sur notre époque avec son roman « Jour couché », torturant de drôlerie (Rouergue). Très touchée par une lettre d’amour poignante « Par delà nos corps » de Bérengère Cournut au Tripode. Et éclairée par « La femme mystifiée » de Betty Fiedan, livre culte des années 60 résolument moderne.

J’ai aussi invité Mathias Malzieu dans la rubrique « Pépite ». Il nous fait relire Boris Vian et son nouveau roman « Une sirène à Paris » (Albin Michel). L’article sur Malzieu est ici.  Et une prez de ce joli numéro sur mon compte Insta. 

97_couvertureCausette – Février 2019

Le Causette de février 2019 est un numéro collector, le dernier avant le changement de formule du mois de mars et et j’y ai signé l’un des papiers que j’ai préféré !! Je tannais la rédactrice en chef depuis des mois pour le faire (elle était plus que partante d’ailleurs mais tout est question de timing) : le portrait donc de la géniale youtubeuse Mardi noir et de sa chaîne « Psychanalyse-toi la face » que je vous conseille de découvrir immédiatement si vous ne la connaissez pas. Elle ne fait pas qu’expliquer Lacan, elle nous fait aimer et sentir Lacan… en se maquillant ! Les photos sont signées du talentueux Serge Picard. Le début du portrait est à lire par ici. 

Je conseille aussi le nouveau livre d’une intellectuelle qui m’inspire beaucoup Siri Hustvedt, le récit hyper poétique d’Erri de Luca qui s’adresse au fils qu’il n’a jamais eu, celui de Mathieu Simonet en hommage à son amie Anne-Sarah K, avocate du handicap et enfin le roman inquiétant et prenant de Veronique Ovaldé, qu’on lit d’une traite sans pouvoir le lâcher. Quelques photos du mag sur mon compte Insta pour ceux qui passent par là.

numero_462813_4ad7Causette Hors-Série « Changer ! » – Hiver 2018

« Changer! », c’est le titre du nouveau Hors Série de Causette en kiosque tout l’hiver. J’y signe avec tout plein de tendresse le portrait d’un architecte que je connais bien Eric Brun-Sanglard (j’ai écrit sa vie dans un livre en 2010) et qui, après avoir passé 40 ans à changer, à renaître de ses cendres, ne veut plus rien changer : il veut rester aveugle même si la science lui permet de retrouver la vue. J’ai ensuite rencontré deux femmes aveugles qui ont tenté l’expérience folle de l’implant des lunettes bioniques et me racontent le chamboulement que cela a créé dans leur vie. Une enquête nourrie d’explications de médecins sur ces nouvelles technologies qui rendent la vue aux aveugle. Le tout est superbement illustré par Marine Joumart. La première page du reportage est à lire ici. Et ma petite vidéo Instagram de la joie est par là. 

95_couvertureCausette Décembre 2018

Dans ce numéro, j’ai participé à une rubrique que j’adore tellement que j’aurais voulu l’inventer, « A l’aise, thèse », un sujet de société éclairé de façon accessible par un chercheur hyper érudit. Ici, j’interroge une sociologue passionnante Cecile Charlap sur la ménopause, toutes les peurs, les mythes et les mensonges que cela engendre. Autrice d’une thèse intitulée « La Fabrique de la ménopause », elle m’a appris à déconstruire les lieux communs et impensés de ce sujet peu abordé.   Le début de l’entretien est en ligne par ici. 

Mes chroniques de livres : « Radioscopie », le beau livre de l’émission de Jacques Chancel, une madeleine pour moi!! « Pensez vous vraiment ce que vous croyez penser » un livre étonnant de modernité, philo-pop de la bio-éthique by Marianne Chaillan; « Le Grand art », roman inédit et captivant de la grande exploratrice Alexandra David Neel; « La Femme à part », jouissif petit roman de la féministe et adolescente de 83 ans Vivian Gornick. Les photos Instagram sont par ici. 

J’ai aussi chroniqué une pièce de théâtre dans ce numéro : « PSYcause(s) » de Josiane Pinson au Studio Hebertot. L’article est dispo par ici. 

Causette No. 94 - Novembre 2018Causette Novembre 2018

Ce numéro a été l’occasion pour moi de découvrir le sublime inédit érotique d’Anais Nin, paru chez Finitudes, intitulé « Aulétris », libre et jouissif, mais aussi l’éprouvant roman de la suédoise Johannes Anyuru sur le terrorisme, et un road trip réjouissant hyper cinématographique (amis producteurs salut) du prolifique Dave Eggers ! Le lien vers quelques photos Insta par ici. 

93_couvertureCausette Octobre 2018

Dans ce numéro, j’ai chroniqué le sublime portrait romancé de Jean Seberg époque Black panthers par la romancière (et non moins journaliste économique du Monde !) Marie Charrel : « Une nuit avec Jean Seberg » (Fleuve Noir). La chronique est ici. 

Je conseille aussi le récit très personnel d’une nuit de transgression avec Picasso par Kamel Daoud qui inaugure la collection « Une nuit au musée » dirigée par Alina Gurdiel.

Et enfin le fameux dernier roman de Fabcaro « Le discours » (Gallimard) que je ne cesse d’offrir à tout le monde (désolée pour ceux qui l’ont déjà reçu en double, ça risque d’arriver à nouveau !) : l’histoire d’Adrien qui doit écrire le discours de mariage de sa soeur, désespéré et hilarant ! Les chroniques sont par là. 

92_couvertureCausette Septembre 2018

Dans ce numéro de rentrée, j’ai chroniqué trois romanciers que je ne lâche pas d’une semelle depuis des années : Philippe Ségur, génie d’humour et de construction romanesque dont il faut découvrir absolument l’oeuvre toutes affaires cessantes si vous ne l’avez jamais lu. Il revient avec un roman noir moins drôle mais tout aussi puissant que d’habitude, « Chien rouge » (Buchet Chastel).

Je conseille aussi le nouveau roman de l’une des romancières qui m’avait le plus marquée en 2017, Anna Dubosc, autrice de « Koumiko » sur sa mère et qui signe ici le vibrant et sensuel « Nuits synthétique » (Editions des Promenades).

Enfin le nouveau roman de Vanessa Schneider « Tu t’appelais Maria Schneider » sur sa cousine comédienne qui s’est brûlé les ailes à 17 ans.  La page « livre » est à lire iciEt ma petite vidéo Instagram de présentation du numéro est là. 

Dgn7SsvXkAA1RjSCausette Hors-Série – Été 2018

Hors-série de l’été, événement phare dans ma vie puisqu’il marque la parution de ma toute première fiction ! Un vrai challenge pour moi que j’ai relevé grâce aux encouragements de la formidable directrice du magazine, Isabelle Motrot. Cette nouvelle s’appelle « Saut de carpe » et raconte l’histoire d’amour et de démêlés culinaires sépharado-ashkénazes d’André et Rivka, juifs marocain d’un côté et polonaise de l’autre, mariés depuis plus de trente ans. Entre eux, loge une carpe qui, assurant depuis tant d’années la paix des foyers, s’apprête à tout faire vaciller. Aussi appelée « gefilte fish », cette pauvre carpe farcie est la base d’un plat traditionnel ashkénaze, l’un des plus difficile à réaliser, qui ne fait semble-t-il – et il était temps de le découvrir pour Rivka – pas l’unanimité. Vous pouvez la lire ici !

J’y ai signe aussi le portrait de la comédienne Géraldine Martineau qui annonçait à l’époque, entre autres, sa mise en scène imminente de « La Petite Sirène » à la Comédie française.

Une enquête révélant l’influence grandissante des chiffres (et algorithmes) sur les relations amoureuses en partant du livre de Laurent Pujo-Menjouet, chercheur en mathématiques appliquées à la biologie et à la médecine à l’université Lyon-I et auteur de « Le jeu de l’amour sans hasard » à lire par ici. 

Un florilège de personnalités, artistes, musiciens, acteurs, écrivains (Karine Tuil, Fabcaro, LEJ, Mathieu Sapin, Klaire fait Grr…) à propos du film qui a changé leur vie amoureuse.

91_couvertureCausette Juillet 2018

Ce numéro de juillet m’a permis de découvrir deux autrices que je suis de près depuis cette époque. D’abord la blogueuse Sarah Gysler, aussi connue comme l’aventurière fauchée et qui a signé à l’époque un très joli récit intitulé « Petite » (Editions des Équateurs) dans lequel elle raconte avec une plume ciselée et singulière son enfance et ses voyages – Causette juillet 2018

Et la grande Louise Mey, autrice du spectacle d’humour Chattologie, interprété par Klaire fait Grr… et qui signait à l’époque son troisième polar féministe « Les hordes invisibles » (Fleuve noir)  – Causette juillet 2018

J’ai aussi demandé au passionnant et sympathique Eric Fottorino de participer à la rubrique de Causette que j’aime beaucoup « Pépite »-  « Dix-sept ans » d’Eric Fottorino (Gallimard)  – Causette Juillet 2018

90_couvertureCausette Juin 2018

Ma toute première chronique littéraire pour Causette sur un livre dont je vous ai parlé sur ce blog et qui m’a beaucoup marquée :  « Clientèle » de Cécile Reyboz (Actes Sud) – Causette Juin 2018

Dans ce numéro, j’ai aussi chroniqué le livre de Guillaume Meurice, « Cosme » dans la rubrique « Pépite », ce qui m’a ensuite inspiré une enquête sur ce blog à propos de la révélation littéraire fracassante qu’il annonçait comme un défrisage en règle des plus grands spécialistes de Rimbaud.