Ceci est mon corps

ceciestmoncorps

Recueil de nouvelles pour adolescent.e.s co-édité par Rageot et Causette sur le thème du corps. Co-signé par Louise Mey, Faiza Guène, Ovidie, Anna Cuxac, Alizée Vincent et Lauren Malka. Dirigé par Isabelle Motrot. Parution : 04-03- 2020

6 autrices, 6 parties du corps, rassemblées par Causette et Rageot. Ceci est mon corps : puissant ou chétif, d’ébène ou d’albâtre, douloureux ou glorieux, sage ou effronté… Sans constituer ma seule religion, il est sacré et doit être respecté. Il est à moi. Il se métamorphose sans cesse… et je l’assume tel qu’il est !

Chroniques, réactions de lecteurs et photos dans mes stories à la une sur Instagram !

Ils en ont parlé…

Onalu.com par Mathilde Dondeyne, le 29 avril 2020

Les 10 livres coups de coeur de lecteurs sur Orange, le 30 mars 2020

« Parlons bouquins » par Les lectures d’Agathe, le 5 mars 2020

« Livreaddict.com » par Justinsunrise, le 5 mars 2020

Critiques sur Babelio.com

Critiques sur Goodreads

« Le ventre d’Intestine »

Dans ce livre, chaque autrice a choisi une partie ou un aspect du corps. Pour ma part, j’ai choisi le ventre.

L’histoire que je raconte est celle d’une jeune fille de 14 ans, Intestine, qui en apparence vit une adolescence plutôt banale. Myope, timide de nature élevée entre deux frangins bien dans leurs baskets, Intestine a une particularité invisible : elle est née avec une pieuvre géante dans le ventre.

Ce phénomène unique, jamais observé par aucun médecin, oblige la jeune fille à s’isoler et à passer des journées entières loin des jeunes de son âge, à consigner chacun de ses symptômes pour les faire analyser par les scientifiques qui étudient son cas.

Énigmatique, capricieux, insaisissable, créatif, farceur, tendre, colérique et incroyablement intelligent (le poulpe posséderait 500 millions de neurones, exactement autant que l’intestin), l’animal qui grandit à l’intérieur de son abdomen et qui se camoufle pour échapper à tout verdict médical, l’accable de douleurs quotidiennes tout en lui donnant accès à une sensibilité singulière.

L’adolescente, incomprise par ses médecins comme par sa mère et son entourage, est bien obligée d’apprendre à connaître toute seule et à assumer aux yeux des autres, comme on devrait tous le faire, toutes les particularités bizarres, dégoûtantes et fabuleuses qui grandissent à l’intérieur de son ventre.

Ce que je souhaite, à travers cette nouvelle, c’est d’abord raconter les errances médicales que j’ai moi-même traversées pour connaître finalement le syndrome qui me faisait souffrir, appelé « l’intestin irritable ». Mais c’est surtout dire le poids émotionnel et la puissance créative immense que peut contenir cette hyper-sensibilité de l’intestin. Seul un récit fantastique (et pourtant pas si irréaliste que cela) peut faire sentir le mystère et le pouvoir de ce drôle d’animal insoumis que l’on appelle notre « deuxième cerveau ».

Je tiens ici à dire trois grands mercis : d’abord, Isabelle Motrot, qui m’a poussée à écrire une fiction, puis au fantasque médecin Florent Artur et au relecteur intraitable Jean-François Gombert !